Tableau 1:

Distinguer les causes infectieuses des lésions vésiculaires

CaractéristiqueVariole simienneVaricelle et zonaVHS-1 et VHS-2SyphilisSyndrome pieds–mains–boucheMolluscum contagiosum
Cause de l’infectionVariole simienneVaricelle et zonaVHSTréponème pâle (Treponema pallidum)Virus coxsackie du groupe A et plusieurs autres sérotypes d’entérovirusPoxvirus (virus du molluscum contagiosum)
Excrétion infracliniqueNon*OuiOuiNonOuiNon
Période d’incubation, j5–2110–212–123–903–514–180
Symptômes systémiquesProdrome possible de fièvre, malaises, myalgie et maux de tête.Primaire : prodrome de fièvre, malaises, pharyngite, anorexie. Réactivation : une minorité de cas présente fièvre, malaises, maux de tête.Primaire : fièvre, malaises, myalgie, maux de tête, lymphadénopathie sensible au toucher. Réactivation : fourmillement prodromique ou douleurs vives.RaresRare prodromeAucun
LymphadénopathieSensible au toucher, régionalePrimaire : généralisée. Réactivation : régionale.Sensible au toucher, régionalePrimaire : indolore, régionale. Secondaire : généralisée.CervicaleNon
Éruption cutanéeDe macules à pustules, à papules, puis à vésicules qui subissent une ombilication, une ulcération, se croûtent, puis desquament. Douleur locale et prurit jusqu’au moment de croûter. Pléomorphisme des lésions.Primaire : maculopapuleuse, vésicules, croûtes en bouquet. Lésions à toutes les phases. Prurigineuse. Réactivation : de papules à pustules érythémateuses. Peuvent être hémorragiques. Croûtes après 7–10 j.Regroupement de vésicules de 2–4 mm sur base érythémateuse. Peut progresser vers des vésicopustules et des ulcères. Douleur et prurit locaux.Primaire : chancre. Secondaire : maculopapuleuse, peut fusionner. Érosions muqueuses superficielles. Pustules. Condyloma lata. Rarement vésiculaire.Orale : stomatite vésiculeuse ulcéreuse érythémateuse de 1–5 mm. Exanthème : maculaire, maculopapuleux ou vésiculaire de 1–10 mm sur les paumes, la plante des pieds, les jambes et les bras. Les lésions peuvent être à différentes étapes de développement. Prurit local.Papules fermes, en forme de dôme et de couleur chair, mesurant de 2–5 mm avec présence d’ombilication. Rarement douloureuse.
SiègePrimaire : siège de l’inoculation. Secondaire : se propage aux extrémités*. Peut se retrouver sur les paumes et les pieds.Primaire : tête, cuir chevelu, torse, extrémités. Réactivation : dermatomique.Orofacial, organes génitaux externes, rectum, mains, yeux.Primaire : siège de l’inoculation. Secondaire : plus fréquemment situé sur les paumes et la plante des pieds, le torse et les extrémités, zones intertrigineuses et muqueuses.Bouche, paumes, plantes des pieds, bras, jambes, fesses.N’importe où sur le corps, mais peu fréquent dans la bouche, sur les paumes ou sur la plante des pieds.
DiagnosticTest PCR viral de l’écouvillonnage d’une lésion dont on a retiré le toit (croûte sèche regroupée), d’un écouvillonnage nasopharyngé ou de la gorge, d’un échantillon sérique ou d’un échantillon d’urine (pour le moment, tous les échantillons sont analysés).Test PCR viral de l’écouvillonnage d’une lésion.Culture virale ou test PCR viral de l’écouvillonnage d’une lésion.SérologieCliniqueBiopsie cutanée révélant des kératinocytes accompagnés d’inclusion de corps cytoplasmiques éosinophiles acidophiles.
TraitementDe soutien; médicaments antiviraux limités aux cas à haut risque; ne sont pas largement accessibles en dehors d’essais cliniques.Acyclovir, valacyclovirAcyclovir, valacyclovirPénicillineDe soutienDe soutien
  • Remarque : PCR = réaction en chaîne par polymérase, VHS = virus de l’herpès simplex.

  • * Remis en question dans le contexte de l’éclosion de 2022. Des études sont en cours.